• 07 69 28 47 58
  • contact@sc-osteo.fr

Définition :

La médecine ostéopathique est une science, un art et une philosophie :

Sa philosophie englobe 4 concepts et prend en compte le corps dans sa globalité. Nous  pensons que le symptôme est la suite logique d’une cause et nous cherchons à remonter à l’origine du problème.

Sa science comprend l’ensemble des connaissances anatomiques, biologiques, physiologiques, pathologiques, embryologiques, comportementales… relatives au rétablissement et au maintien de la santé, ainsi qu’à la prévention et au soulagement de la maladie.

Son art est l’application de la philosophie et de la science dans la pratique grâce à l’outil de la main.

 

L’ostéopathie est une thérapie manuelle qui vise à prévenir, diagnostiquer et traiter les dysfonctions, ou restrictions, de mobilité de l’ensemble des structures et tissus du corps et même au delà selon le principe « corps, âme, esprit ». Elle s’appuie sur une compréhension globale du patient (physique, mentale, émotionnelle et environnementale).

 

Les 4 principes fondamentaux :

  • L’unité de l’être : l’individu fait partie d’un tout. C’est à dire que le dérèglement d'une partie du corps va avoir un retentissement sur l’harmonie du corps entier via les métabolismes et systèmes de la vie. Il faut voir l’organisme vivant comme une unité fonctionnelle.
  • La relation structure/fonction : la structure (anatomie) et la fonction (physiologie) sont interdépendantes. L’une influence l’autre et inversement : la structure gouverne la fonction et la fonction entretient la structure.
  • L’auto-guérison : l’organisme à la faculté naturelle de maintenir ses constantes internes malgré les changements extérieurs. C’est ce qu’on appelle l’homéostasie. Le corps possède en lui tous les mécanismes favorables au retour à l’équilibre. Ainsi, si toutes les conditions sont réunies, il tend de manière autonome vers la santé.
  • La règle de l’artère est suprême : pour que les processus physiologiques de guérison du corps soient efficaces il faut que les cellules reçoivent tous les éléments dont elles ont besoin pour remplir parfaitement leurs fonctions mais aussi qu’elles puissent se débarrasser de leurs déchets. Ainsi, tous les liquides (sang et lymphe notamment) du corps doivent circuler librement.

 

Les différentes techniques utilisées :

  • Techniques structurelles : ce sont les plus connu car souvent synonyme de « craquement » puisqu’elles s’adressent aux structures articulaires. Cependant ce bruit ne doit pas être attendu à chaque manipulation. Ces techniques sont réalisées dans les paramètres « Haute Vélocité et Basse Amplitude » (HVBA) également appelé « trust ».
  • Techniques crânio-sacrées : elles s’adressent au crâne, à l’ensemble de la colonne vertébrale et des structures qui l'entourent (système nerveux). Ce sont des techniques « douces ».
  • Techniques fasciales : elles s’intéressent aux fascias c’est à dire aux membranes qui relient et enveloppent les muscles, organes et autres structures du corps entre eux. Elles sont dites « douces ».
  • Techniques viscérales : elles concernent les organes viscéraux (système digestif…) et jouent sur leur mobilité (fonctionnement/mouvement autonome de l’organe lui même).
  • Techniques musculaires : elles s’appuient sur les réflexes neuro-musculaires pour réguler une dysfonction.

 

Quelque soit l'état physique de votre animal, votre ostéopathe utilisera toujours des techniques adaptées à chacun.

* Ces techniques « douces » sont parfois difficilement perceptible de l’extérieur car l’ostéopathe applique ses mains sur le corps du cheval et travaille en communication avec les tissus. Elles ne sont, pour autant, pas moins efficaces, bien au contraire.

 

Déroulement d’une séance type :

  • Recueil de l’anamnèse et des commémoratifs : le but du praticien est d’en savoir plus sur l’animal. Pour cela il s’informe du motif de consultation, de l’histoire de l’animal, de ses antécédents médicaux (maladie, opérations, traumatismes…), de l’activité pratiquée et des échéances sportives éventuelles associées, de son mode de vie (alimentation, comportement, contexte social, lieu de vie).
  • Examen clinique : l’ostéopathe effectue un état de santé complet de l’animal ainsi qu’une inspection statique et dynamique. Ceci permet au praticien de mettre en place un diagnostique différentiel c’est à dire d’identifier d’éventuelles contre-indications (troubles organiques, états infectieux ou inflammatoires…) à la prise en charge ostéopathique et de référer, si besoin, au vétérinaire.
  • Diagnostic ostéopathique : le praticien procède à une palpation fine ainsi que des tests de mobilité des différentes structures du corps. Le but est d’identifier les dysfonctions et d’établir un schéma de fonctionnement puis de correction de l’animal.
  • Traitement ostéopathique : l’ostéopathe réalise son protocole de traitement en choisissant les techniques les plus adaptées à l’animal et à son contexte. Il évaluera l’efficacité de son action afin de rétablir au mieux l’équilibre du corps de l’animal.
  • Rééducation : en dernier lieu, l’ostéopathe donnera des conseils et une conduite à tenir (temps de repos, mouvement à effectuer ou à proscrire…). Elle est spécifique et essentielle à chaque patient. Cela permettra à l’animal d’assimiler les changements survenus et de se remettre en mouvement dans des conditions optimales afin de stabiliser les effets de la séance.

 

Chaque animal étant différent, l’organisme peut mettre plus ou moins longtemps pour retrouver un nouvel équilibre plus favorable à son fonctionnement. Cela peut aller d’une semaine à un mois.
Durant les jours suivant la séance, l’animal peut montrer des signes de fatigue, des courbatures ou une exagération des symptômes. Cela peut être normal (s’ils n’excèdent pas 48 à 72h) car le corps à besoin d’éliminer les toxines accumulées…

Espace entre les séances :

Chaque animal est unique, il n'est pas raisonnable d'établir une fréquence idéale des soins d'ostéopathie. Vous êtes le plus à même d'en réaliser le besoin. Ce qui est certain c'est que l'animal qui a reçu des soins ostéopathiques sera plus sensible positivement au traitement suivant. L'ostéopathie est plus efficace lorsqu'elle est préventive, il est souhaitable de ne pas attendre que des troubles légers dégénèrent vers des processus plus aigus...